Révision de la loi sur le blanchiment d’argent: des mesures encore insuffisantes

Berne, le 26 juin 2019 – Dans le message concernant la révision de la loi sur le blanchiment d’argent qu’il a adopté aujourd’hui, le Conseil fédéral ne renforce pas suffisamment le dispositif antiblanchiment suisse. Certes, les mesures qu’il propose comblent des lacunes importantes de ce dispositif, mais elles ne sont pas encore suffisantes pour que la Suisse puisse à l’avenir lutter efficacement contre le blanchiment d’argent. Communiqué de presse

La Suisse doit enfin agir

Berne, le 3 juin 2019 – Aujourd’hui, le Conseil national a rejeté le projet du Conseil fédéral concernant les «lanceurs d’alertes». Malheureusement, il ne semble actuellement pas y avoir de majorité au sein de la Chambre basse prête à apporter les améliorations nécessaires à la proposition du Conseil fédéral. Bien que les lanceurs et lanceuses d’alerte jouent régulièrement un rôle décisif dans la détection des cas de corruption, ils ne bénéficient ainsi toujours pas d’une protection légale adéquate en Suisse. Une preuve d’incapacité pour la Suisse. Communiqué de presse

Lobbying : trop de zones d’ombre, pas assez de règles

Berne, 28 février 2019 – Dans de trop nombreux domaines, le lobbying en Suisse pêche par un manque de transparence, l’absence de réglementation et le poids excessif de certains intérêts particuliers. Il ouvre ainsi grand les vannes à des risques de corruption et à des influences nocives pour la démocratie. C’est la conclusion à laquelle parvient Transparency International Suisse dans l’étude qu’elle publie aujourd’hui. La Suisse fait aussi mauvaise figure dans l’évaluation, sur le plan européen, de la qualité du lobbying, puisqu’elle ne figure qu’au 11e rang (comparée à 19 États de l’Union européenne). Il est donc urgent d’améliorer la transparence, l’intégrité et l’équité d’accès dans le lobbying. Communiqué de presse Synthèse du rapport Aller au rapport (en allemand) Faits et cas pratiques Autres communiqués de presse

Lutte contre la corruption : la Suisse encore très loin du sans-faute

Berne, le 29 janvier 2019 – L’indice de perception de la corruption dans le secteur public publié aujourd’hui par Transparency International est resté inchangé pour la Suisse. Si notre pays fait partie des six premiers pays selon l’indice, partageant le troisième rang avec la Finlande, la Suède et Singapour, l’analyse détaillée montre toutefois qu’il est encore très loin du sans-faute. Par ailleurs, la Suisse affiche de graves lacunes dans des domaines-clés de la lutte anticorruption qui ne sont pas représentés dans l’indice, tels que le blanchiment d’argent, la protection des lanceurs-euses d’alerte ainsi que la corruption dans le secteur privé et le sport. Communiqué de presse Background CPI Leaders Autres communiqués de presse

Journée mondiale contre la corruption : la Suisse pas bonne élève

À l’occasion de la Journée mondiale des Nations Unies contre la corruption du 9 décembre, la Suisse ne peut dresser qu’un bilan tout au plus mitigé en matière de lutte anticorruption. Elle n’a en effet pas de stratégie nationale de lutte contre la corruption et n’en est pas exempte, tant s’en faut. Cette situation, indigne d’un pays aussi développé et aussi démocratiquement mûr que le nôtre, appelle impérativement des mesures urgentes. Communiqué de presse Autres communiqués de presse

L’opacité du financement de la vie politique mine la démocratie

La Commission des institutions politiques du Conseil des États entend consacrer davantage de temps au débat sur l’initiative populaire «Pour plus de transparence dans le financement de la vie politique». Il est réjouissant que la Commission soumette cette initiative à un examen minutieux: le peuple et les cantons sont en effet toujours plus désireux d’éclairer enfin les zones d’ombre du financement de la vie politique en Suisse. Il faut que cette opacité appartienne bientôt au passé. Communiqué de presse Autres communiqués de presse

Toujours pas de solution pour le problème principal

La Commission des institutions politiques du Conseil des États a publié sa proposition visant à instaurer davantage de transparence en matière de lobbyisme dans le Parlement fédéral. Regrettablement, le problème principal demeure irrésolu: la commission entend maintenir le régime d’accès actuel des lobbyistes au bâtiment du parlement, ce qui pose pourtant de graves problèmes dans la perspective de l’État de droit et de la démocratie. Dès lors, il faut le remplacer de toute urgence par un système d’accréditation moderne pour les lobbyistes comportant des critères objectifs, des règles de déontologie claires et un registre public. Communiqué de presse Autres communiqués de presse

Protection appropriée des lanceurs d’alerte: le Conseil fédéral n’atteint toujours pas le but

Transparency International Suisse salue l’orientation générale du nouveau message du Conseil fédéral sur la protection des lanceurs d’alerte, mais regrette que le projet reste toujours nettement insuffisant. Il incombera désormais au Parlement d’apporter lui-même des améliorations absolument nécessaires. Communiqué de presse Autres communiqués de presse

Les lacunes à combler par la Suisse en matière de lutte contre la corruption

Dans un rapport publié aujourd’hui, Transparency International fait état du degré de mise en oeuvre de la Convention anti-corruption de l’OCDE. Si la Suisse applique cet accord avec plus de dynamisme que d’autres pays, il lui reste toutefois des mesures urgentes à adopter. En effet, les sanctions imposées en cas de corruption sont insuffisantes, le champ d’application de la loi contre le blanchiment d’argent est trop restreint et la protection juridique des lanceurs-euses d’alerte nécessite d’être renforcée. Communiqué de presse Aller à la publication (en anlgais) Autres communiqués de presse

La Commission des affaires juridiques du Conseil des États prend la bonne décision: il faut examiner les accusations de corruption pesant sur un ancien parlementaire

Transparency International Suisse salue la décision prise aujourd’hui par la Commission des affaires juridiques du Conseil des États de lever l’immunité de l’ancien conseiller national Christian Miesch. Il est en effet nécessaire d’ouvrir une enquête pénale afin de pouvoir examiner à fond des accusations de corruption pesant sur un ancien conseiller national. Communiqué de presse Autres communiqués de presse