Sport

Le sport est une activité qui mobilise des foules et enthousiasme la population, grâce non seulement à une culture associative qui l’encourage depuis de longues années, mais aussi au dévouement inlassable de dizaines de milliers de bénévoles et de cadres des clubs et des fédérations, qui œuvrent au quotidien pour l’honorabilité, le respect, le fair-play et le succès du sport. Il n’en reste pas moins que le sport est aussi un moteur de l’économie : il emploie en effet plus de 90 000 personnes et génère un chiffre d’affaires annuel supérieur à dix milliards de francs (Rütter/Soceco, Sport et économie en Suisse – De l’importance économique du sport en Suisse, 2014). Comme toute autre activité sociale ou économique, le sport est exposé à des risques d’abus et de corruption, des risques dont l’importance va croissante en fonction des enjeux économiques. Signalons aussi que la plupart des grandes fédérations sportives internationales ont leur siège en Suisse et que leurs agissements font presque quotidiennement la une des journaux.

La corruption ne bafoue pas seulement le principe du fair-play, fondamental dans ce domaine : elle sape aussi la légitimité du sport et porte préjudice à notre société.

Nos demandes

  • Les fédérations sportives internationales doivent montrer l’exemple dans la prévention et la lutte contre la corruption.
  • Puisque les fédérations sportives internationales se montrent incapables de résoudre leurs problèmes de corruption de leur propre initiative, le législateur suisse doit intervenir. Siège des principales fédérations sportives internationales, notre pays a une responsabilité particulière en matière de lutte contre la corruption dans le sport international. Il doit ainsi adopter une norme légale contraignante concernant la gouvernance et la surveillance des fédérations ayant leur siège en Suisse, et revoir le droit des associations afin de distinguer clairement les activités commerciales des activités non commerciales. Enfin, il doit améliorer la protection des lanceurs-euses d’alerte, qui contribuent à mettre au jour les actes illicites dans le sport.
  • Les clubs et les fédérations suisses doivent eux aussi adopter des mesures contre la corruption. Ils doivent, dans une première phase, analyser les risques de corruption potentiels, puis, dans une deuxième phase, adopter des mesures de prévention en fonction des risques identifiés – articulées autour de l’adoption d’un code de conduite – et, dans une troisième et dernière phase, les intégrer à leur pratique quotidienne.

Nos activités

Publications

Procédures de consultation

Communiqués de presse

Service de conférence

Nous proposons des exposés sur la lutte contre la corruption dans le sport.

Prenez contact avec nous

Revue de presse

Manifestations