Le Conseil fédéral veut protéger les lanceurs d’alerte

Le Temps 21.09.2018 Le Conseil fédéral propose d’ancrer dans la loi une protection des lanceurs d’alerte. Les mesures que le gouvernement propose ont pour l’objectif de préciser le cadre légal des lanceurs d’alerte et de conserver leur anonymat. Ces objectifs ne sont que partiellement atteints. Transparency International Suisse estime que la proposition du Conseil fédéral n’assure pas une protection adéquate des lanceurs d’alerte. «Pour nous, une protection ne passe que par des garanties conte le licenciement abusif et des possibilités étendues de s’exprimer.», déclare Martin Hilti, directeur de TI Suisse.

Lanceurs d’alerte: nouvelle copie de Berne

20 Minutes 21.09.2018 Les lanceurs d’alerte qui signalent des irrégularités sur leur lieu de travail doivent être mieux protégées. A cette occasion, le Conseil fédéral livre sa nouvelle mouture sur les conditions auxquelles les alertes seront jugées licites ou non. TI Suisse salue le fait que les lanceurs d’alerte seront plus au clair juridiquement sur les risques qu’ils prennent et que le projet prévoit qu’ils puissent rester anonymes. Tout de même TI Suisse souligne que le gouvernement n’a pas amélioré la protection contre leur licenciement. En outre, les exigences en matière de déclaration aux autorités compétentes et au public restent trop restrictives.

Eric Martin über den Fall Maudet und Korruption in der Politik

SRF 1/Tagesgespräch 21.09.2018 Der Fall Maudet wirft ein Schlaglicht auf die Korruption der Schweiz in der Schweizer Politik. Was sagt der Einzelfall aus über die Korruption in der Schweizer Politik? Wie anfällig ist unser politisches System? Eric Martin, Präsident von Transparency International Schweiz, stellt sich im «Tagesgespräch» den Fragen von Barbara Peter und ordnet den Einzelfall ins grössere Bild ein. «Alles was mit Korruption zu tun hat, ist Gift für die Demokratie und wenn die Bürger das Vertrauen in die politischen Institutionen und Politiker verlieren ist das Besorgnis erregend.» sagt, Eric Martin, im Gespräch mit Barbara Peter.

Voyages sous la loupe

Le Courrier/epaper 21.09.2018 Les députés genevois ont décidé de lever l’immunité du conseiller d’Etat Pierre Maudet. L’affaire Maudet a servi de coup de semonce et a contribué à braquer l’attention sur les voyages à l’étranger des autres parlementaires. Beaucoup de déplacements à l’étranger ne sont pourtant pas sujets à caution. Les voyages des conseillers fédéraux et des parlementaires sont généralement liés à l’exercice de leur mandat. « Ce qui est problématique, ce sont les voyages payés par des lobbyistes. Le parlement doit donc se doter d’un code d’éthique contraignant pour définir ce qui est acceptable ou pas en matière de voyages ou de cadeaux», dit Martin Hilti, directeur de Transparency International Suisse.